𝐃𝐈𝐒𝐂𝐎𝐔𝐑𝐒 𝐃𝐄 𝐌𝐎𝐍𝐒𝐈𝐄𝐔𝐑 𝐋𝐄 𝐌𝐈𝐍𝐈𝐒𝐓𝐑𝐄 𝐑𝐄𝐋𝐀𝐓𝐈F À 𝐋𝐀 𝐉𝐎𝐔𝐑𝐍É𝐄 𝐌𝐎𝐍𝐃𝐈𝐀𝐋𝐄 𝐃𝐄 𝐋’𝐄𝐀𝐔 :

𝐃𝐈𝐒𝐂𝐎𝐔𝐑𝐒 𝐃𝐄 𝐌𝐎𝐍𝐒𝐈𝐄𝐔𝐑 𝐋𝐄 𝐌𝐈𝐍𝐈𝐒𝐓𝐑𝐄 𝐑𝐄𝐋𝐀𝐓𝐈F À 𝐋𝐀 𝐉𝐎𝐔𝐑𝐍É𝐄 𝐌𝐎𝐍𝐃𝐈𝐀𝐋𝐄 𝐃𝐄 𝐋’𝐄𝐀𝐔 :
Guinéennes et Guinéens,
Depuis un peu plus de trois (3) décennies, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a créé la journée mondiale de l’eau pour interpeller le public, les États, les associations internationales et les acteurs du privé sur l’importance de l’eau. Elle sensibilise les pouvoirs politiques et l’opinion publique à la préservation de cette ressource naturelle, en particulier l’eau douce. Cet événement vise à garantir l’accès de tous à l’eau, à son assainissement et à assurer une gestion durable des ressources. Cette année, le thème choisi est ‘’L’eau pour la paix’’.
L’eau peut être source de paix ou de conflit. Lorsque l’eau est rare ou polluée, ou que certains n’y ont pas accès ou que l’accès est inégal, des tensions peuvent apparaître entre les populations et les pays concernés.
Plus de 7 milliards de personnes dans le monde dépendent de ressources en eau transfrontalières. Alors que, vingt-quatre (24) pays seulement ont conclu des accords de coopération pour l’ensemble de leurs ressources en eau partagées.
Face à l’aggravation des effets du changement climatique et à la croissance démographique, il est urgent, pour les pays concernés, de coopérer pour protéger et conserver notre ressource la plus précieuse.
La santé publique et la prospérité, les systèmes alimentaires et énergétiques, la productivité économique et l’intégrité environnementale sont tous tributaires d’un cycle de l’eau fonctionnel et géré de manière équitable.
Mes Chers compatriotes,
L’eau est « source de vie » comme le dit l’adage populaire. L’eau n’est pas seulement une ressource vitale pour la survie humaine, elle joue également un rôle crucial dans la santé de nos écosystèmes, de nos économies et de nos sociétés.
Sa rareté, son abondance et/ou sa mauvaise gestion peut engendrer des sécheresses, des inondations, des destructions diverses et conflits graves de tout genre entre les communautés locales et impliquer même les États qui se la partagent à travers fleuves, lacs, et aquifères transfrontaliers.
Qualifiée de « château d’eau de l’Afrique de l’Ouest », la République de Guinée en sus de l’importance de ses ressources en eau, dispose de nombreux autres atouts naturels dont la mise en valeur requiert en matière d’eau, une bonne gestion et un encadrement concerté de toutes les composantes nationales de la vie politique, sociale et économique.
Cependant, la Guinée qui, à maintes reprises a été confrontée à des contingences regrettables sur le plan social et politique, fait face de nos jours à de multiples difficultés et contraintes qui plombent la performance de son mode de gestion et particulièrement de la valorisation de ses ressources en eau.
Mes Chers compatriotes,
La situation des ressources en eau de notre pays est caractérisée par une gestion inappropriée du sous-secteur de l’eau potable, marquée par le sous-investissement, une capacité opérationnelle limitée, des ouvrages de production et de distribution insuffisants avec un faible recouvrement des coûts des services d’eau. C’est ainsi que le Gouvernement guinéen a fait de « l’accès universel et équitable à coût abordable pour l’ensemble des populations » une priorité. Aujourd’hui le taux d’accès au service de l’eau potable est de 31% en milieu urbain(40% Conakry), 26% villes de l’ intérieur).
Le Gouvernement Guinéen conscient de ces enjeux a engagé plusieurs actions dont entre autres : l’élaboration et l’adoption d’une Politique Nationale de l’eau, l’Organisation du forum national de l’eau, les réformes structurelles et économiques du sous-secteur d’Approvisionnement en Eau Potable et la mise en œuvre de plusieurs projets et programmes au niveau du secteur de l’eau.
Depuis 2018, notre pays a élaboré et adopté une Politique Nationale de l’Eau afin de mettre en adéquation la gestion de l’eau avec les exigences de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE). Ce processus répond surtout à un impératif politique de disposer d’un référentiel national en matière d’eau à même de faire face aux défis de la gouvernance nationale, sous-régionale et internationale des ressources en eau, base du développement socioéconomique et environnemental harmonieux et durable du pays.
L’organisation du Forum national de l’eau et la table Ronde des bailleurs de Fonds en mai 2023 ont enregistré la participation de plus de 600 participants. Les conclusions de ces rencontres ont conduit à l’annonce de financement du secteur à hauteur de deux milliards deux cents millions (2,2) d’Euros, dont 576 millions proviennent des acteurs publics et 1.597 millions représentent l’engagement des acteurs privés. L’État pour sa part s’est engagé à financer le programme à hauteur de 20% du total des investissements.
A date, nous avons mobiliser la totalité du financement de la première phase des investissements à hauteur de 540 millions USD.
C’est le lieu d’exprimer notre gratitude aux partenaires techniques et financiers notamment Exim-Bank Inde, la Banque Mondiale, la Banque Européenne d’Investissement et l’Union Européenne qui financent cette phase. Après plus de trois décennies de sous-investissement la mise en œuvre de cette première phase va considérablement améliorer la production journalière de l’eau potable dans le grand Conakry (200.000 m3).
Pour les villes de l’Intérieur, les discussions sont en cours pour mobiliser le financement à travers plusieurs bailleurs et partenaires privés. S’agissant des 6 capitales régionales des mémorandums d’entente ont déjà été signés.
𝗖’𝗲𝘀𝘁 𝗹𝗲 𝗹𝗶𝗲𝘂 𝗱𝗲 𝗳𝗲́𝗹𝗶𝗰𝗶𝘁𝗲𝗿 𝗹𝗲 𝗣𝗿𝗲́𝘀𝗶𝗱𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲 𝗹𝗮 𝗥𝗲́𝗽𝘂𝗯𝗹𝗶𝗾𝘂𝗲, 𝗦.𝗘 𝗹𝗲 𝗚𝗲́𝗻𝗲́𝗿𝗮𝗹 𝗱𝗲 𝗖𝗼𝗿𝗽𝘀 𝗱’𝗔𝗿𝗺𝗲́𝗲 𝗠𝗮𝗺𝗮𝗱𝗶 𝗗𝗼𝘂𝗺𝗯𝗼𝘂𝘆𝗮, 𝗖𝗵𝗲𝗳 𝗱𝗲 𝗹’𝗘𝘁𝗮𝘁, 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘀𝗼𝗻 𝗹𝗲𝗮𝗱𝗲𝗿𝘀𝗵𝗶𝗽 𝗲𝘁 𝘀𝗼𝗻 𝗲𝗻𝗴𝗮𝗴𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗮̀ 𝗽𝗿𝗼𝗺𝗼𝘂𝘃𝗼𝗶𝗿 𝗹𝗲 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿 𝗱𝗲 𝗹’𝗲𝗮𝘂.
𝗘𝗻 𝗹’𝗲𝘀𝗽𝗮𝗰𝗲 𝗱𝗲 𝗱𝗲𝘂𝘅 𝗮𝗻𝘀, 𝗹𝗲 𝗴𝗼𝘂𝘃𝗲𝗿𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗴𝘂𝗶𝗻𝗲́𝗲𝗻 𝗮 𝗿𝗲́𝘂𝘀𝘀𝗶 𝗮̀ 𝗺𝗼𝗯𝗶𝗹𝗶𝘀𝗲𝗿 𝗲𝗻𝘃𝗶𝗿𝗼𝗻 𝟲𝟬𝟬 𝗺𝗶𝗹𝗹𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗱𝗼𝗹𝗹𝗮𝗿𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗹’𝗲𝗮𝘂 𝗮𝗹𝗼𝗿𝘀 𝗾𝘂𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝗶𝗻𝘃𝗲𝘀𝘁𝗶𝘀𝘀𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁𝘀 𝗱𝗮𝗻𝘀 𝗰𝗲 𝘀𝗲𝗰𝘁𝗲𝘂𝗿 𝘀𝗲 𝘀𝗶𝘁𝘂𝗮𝗶𝗲𝗻𝘁 𝗮𝘂𝘁𝗼𝘂𝗿 𝗱𝗲 𝟭𝟬𝟬 𝗺𝗶𝗹𝗹𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗱𝗲 𝗱𝗼𝗹𝗹𝗮𝗿𝘀 𝗮𝘂 𝗰𝗼𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲𝘀 𝟰𝟬 𝗱𝗲𝗿𝗻𝗶𝗲̀𝗿𝗲𝘀 𝗮𝗻𝗻𝗲́𝗲𝘀.
Mes Chers compatriotes,
La vision de la Politique Nationale de l’Eau de la République de Guinée est de « Faire de l’eau et de son utilisation, un facteur de bien-être social et de développement économique inclusif bénéfique à toutes les couches sociales du pays, fondé sur (i) la bonne gouvernance, (ii) le consensus national, (iii) la paix sociale, (iv) la préservation et la protection de l’environnement, (v) l’intégration économique ouest-africaine et la coopération internationale et transfrontalière ».
Cette vision à travers ses objectifs prend suffisamment en compte le thème de la journée mondiale de l’eau 2024, qui porte sur ‘’l’Eau pour la Paix’’
A cette occasion, le Ministère de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures en sa qualité de leader pour la mise en œuvre de la Politique Gouvernementale en matière de l’eau et dans sa dynamique de mettre en œuvre cette vision, est engagé à travers des actions concrètes qui permettront l’atteinte des objectifs fixés.
Les partenaires techniques et financiers sont invités à soutenir la Guinée pour la finalisation et le financement de plan d’action de gestion intégré des ressources en eau, gage de la protection et de la préservation et de la valorisation des ressources en eau de notre chère Guinée.
Chers Compatriotes,
Nous devons donner la priorité aux stratégies de conservation et de gestion de l’eau qui favorisent la durabilité et la résilience face à des défis croissants tels que le changement climatique, la croissance démographique et l’urbanisation.
En outre, nous devons reconnaître l’interdépendance de l’eau avec d’autres problèmes mondiaux, tels que la santé, la sécurité alimentaire, l’égalité des sexes et la consolidation de la paix. En abordant de manière globale les défis liés à l’eau, nous pouvons ouvrir des opportunités de progrès et de prospérité pour tous.
En cette Journée internationale de l’eau, unissons-nous par solidarité pour plaider en faveur d’une gestion durable et équitable des ressources en eau, promouvoir la connaissance et l’éducation relatives à l’eau et donner aux communautés les moyens de devenir les gardiens de leur propre avenir en matière d’eau.
Ensemble, œuvrons pour un avenir où chaque individu a accès à une eau propre et salubre, où la rareté de l’eau appartient au passé et où la gestion durable de cette ressource précieuse est au cœur de nos efforts collectifs pour construire un monde meilleur.
Vive la journée mondiale de l’eau ;
Vive la communauté internationale ;
Vive la République de Guinée.

𝐂𝐨𝐦𝐦𝐮𝐧𝐢𝐪𝐮é : 𝐅𝐢𝐧𝐚𝐧𝐜𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐮 𝐬𝐜𝐡é𝐦𝐚 𝐝𝐢𝐫𝐞𝐜𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐝𝐮 𝐆𝐫𝐚𝐧𝐝 𝐂𝐨𝐧𝐚𝐤𝐫𝐲

𝐂𝐨𝐦𝐦𝐮𝐧𝐢𝐪𝐮é : 𝐅𝐢𝐧𝐚𝐧𝐜𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐮 𝐬𝐜𝐡é𝐦𝐚 𝐝𝐢𝐫𝐞𝐜𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐝𝐮 𝐆𝐫𝐚𝐧𝐝 𝐂𝐨𝐧𝐚𝐤𝐫𝐲
Suite aux annonces des partenaires techniques et financiers au cours du Forum de l’eau en mai 2023, des progrès significatifs ont été réalisés pour le financement du schéma directeur du Grand Conakry, visant à améliorer la desserte en eau potable de la capitale.
Les discussions de ce mercredi 20 mars 2024 ont été l’occasion pour les partenaires de confirmer leur engagement.
Ainsi, pour le financement de la première phase du projet résorbant un déficit de 250 000 m3/jour, le MEHH a obtenu :
• Une ligne de crédit de 170 millions USD avec EximBank Inde
• 160 millions USD dans le cadre du nouveau projet PEAG (Projet Eau et Assainissement en Guinée), financement Banque Mondiale
• Un prêt de 200 millions d’euros de la Banque Européenne d’Investissement (BEI)
• Une subvention de 26,4 millions d’euros de l’Union Européenne
• Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) a entériné son intérêt pour cette première phase du projet
• Banque Africaine de Développement (BAD) entamé les discussions pour la planification de la deuxième phase en collaboration avec les autorités guinéennes.
Nous remercions tous les partenaire technique et financiers pour leur engagement envers la vison du Président de la République, pour assurer un accès à l’eau potable à la population et nous nous réjouissons de poursuivre cette collaboration fructueuse.

Le Ministre Aboubacar Camara préside sa première réunion de cabinet

MEHH : Le Ministre Aboubacar Camara préside sa première réunion de cabinet
Sous la présidence de Monsieur le Ministre Aboubacar Camara, le tout nouveau Ministre de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures, la réunion de cabinet ce lundi 18 Mars 2024, a eu lieu en présence de Monsieur le Secrétaire Général Ahmed Sékou Keita, de la Cheffe de Cabinet, Nima Bah, ainsi que l’ensemble des membres statutaires.
Au tour de l’ordre du jour, plusieurs sujets qui touchent directement la vie de nos compatriotes ont été abordés.
Dans sa communication, le Ministre Aboubacar Camara, a d’abord remercié Monsieur le Président de la République, Général Mamadi Doumbouya pour le choix porté sur sa modeste personne pour diriger un Département stratégique que le notre. Il a invité tous les cadres de redoubler d’efforts pour améliorer les conditions de vie des paisibles citoyens dans les sous- secteurs de l’Eau, de l’Energie et en Hydrocarbures.

🟥Communiqué EDG :

À 17h30, EDG a enregistré un declenchement sur le système KALETA-SOUAPITI suite à un incident sur un pylône de Haute Tension à Manéah.
La reconstitution de réseau électrique du système interconnecté de Conakry se poursuit et les quartiers seront progressivement alimentés.
EDG s’excuse des désagréments occasionnés indépendamment de sa volonté et elle sait compter sur la bonne compréhension de chacun et de tous.
Plus d’infos EDG au 𝟔𝟐𝟔 𝟏𝟏 𝟏𝟏 𝟏𝟏.

𝐃é𝐜𝐫𝐞𝐭 : 𝗡𝗼𝗺𝗶𝗻𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗱𝗲𝘀 𝗺𝗲𝗺𝗯𝗿𝗲𝘀 𝗱𝘂 𝗴𝗼𝘂𝘃𝗲𝗿𝗻𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁

Dans un décret publié dans la soirée de ce Mercredi, 13 Mars 2024, Monsieur Camara Aboubacar précédemment Directeur Général de la Société des Eaux de Guinée (SEG), est nommé Ministre de l’Energie, de l’Hydraulique et des Hydrocarbures.
Toutes nos félicitations à vous Monsieur le Ministre 🙏

 

Primature: le Premier Ministre reçoit les acteurs de l’électricité Dans la soirée de ce vendredi, 1er mars 2024, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Amadou Oury Bah, a présidé sa première séance de travail technique au Palais de la Colomb

.
En présence de son directoire de Cabinet, Monsieur le Premier ministre, a reçu tous les acteurs nationaux du secteur de l’énergie. Les secrétaires généraux des ministères en charge de l’Energie, du Budget, des Finances et des Transports ainsi que les directeurs généraux de EDG, de la SONAP et du Port Autonome de Conakry étaient invités autour de la problématique de l’amélioration de la desserte en électricité.
La réunion a permis de définir des approches de solutions pour renforcer le plan de relance. Pour le Premier ministre, il y a une « nécessité absolue d’assurer une desserte normale en électricité des ménages ».

#Primature : 𝐋𝐞 𝐏𝐫𝐞𝐦𝐢𝐞𝐫 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞 𝐀𝐦𝐚𝐝𝐨𝐮 𝐎𝐮𝐫𝐲 𝐁𝐚𝐡 𝐢𝐧𝐬𝐭𝐚𝐥𝐥𝐞́ 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐬𝐞𝐬 𝐟𝐨𝐧𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬

#Primature : 𝐋𝐞 𝐏𝐫𝐞𝐦𝐢𝐞𝐫 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞 𝐀𝐦𝐚𝐝𝐨𝐮 𝐎𝐮𝐫𝐲 𝐁𝐚𝐡 𝐢𝐧𝐬𝐭𝐚𝐥𝐥𝐞́ 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐬𝐞𝐬 𝐟𝐨𝐧𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧𝐬
Conakry, 29 février 2024 – Nommé mardi 27 février 2024 au poste de Premier ministre, Chef du Gouvernement par le Président de la République, Général de Corps d’Armée, Mamadi Doumbouya, Monsieur Amadou Oury Bah prend fonction à l’instant même à la Primature.
La passation de témoin entre le nouveau Premier ministre et celui sortant, Dr Bernard Goumou se déroule en présence de plusieurs membres du CNRD (comité national du rassemblement pour le développement) et les secrétaires généraux des différents départements ministériels, le tout sous la supervision du ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République, le Général de Brigade Amara Camara, mais aussi du ministre Directeur de Cabinet de la Présidence de la République, Djiba Diakité.
𝐋𝐚 𝐜𝐞𝐥𝐥𝐮𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐂𝐨𝐦𝐦𝐮𝐧𝐢𝐜𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐮 𝐆𝐨𝐮𝐯𝐞𝐫𝐧𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭.

Le Président de la République, le Général de Corps d’Armée, Mamadi Doumbouya a nommé dans la soirée du Mardi, 27 Fevrier 2024, Monsieur Amadou Oury Bah (Bah Oury) au poste de Premier ministre, Chef du Gouvernement.

Le Président de la République, le Général de Corps d’Armée, Mamadi Doumbouya a nommé dans la soirée du Mardi, 27 Fevrier 2024, Monsieur Amadou Oury Bah (Bah Oury) au poste de Premier ministre, Chef du Gouvernement.
𝐐𝐮𝐢 𝐞𝐬𝐭 𝐥𝐞 𝐧𝐨𝐮𝐯𝐞𝐚𝐮 𝐥𝐨𝐜𝐚𝐭𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐝𝐮 𝐏𝐚𝐥𝐚𝐢𝐬 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐂𝐨𝐥𝐨𝐦𝐛𝐞 ?
Né en 1958 à Pita en moyenne Guinée, Amadou Oury Bah a quitté la Guinée dès son jeune âge pour le Sénégal où il a grandi et fait de brillantes études sanctionnées par une bourse pour accéder aux Grandes écoles en France. De retour au bercail, il a d’abord participé à la mise en place de l’OGDH (organisation guinéenne pour la défense des droits de l’homme).